Le sommeil de la mémoire


Cette année la salle Espace Vézère accueillera les œuvres du peintre Max Mitau, pour une exposition faite de couleurs et de textures. 

Né en février 1950, Max Mitau grandit dans un petit village du Sud Ouest de la France. Formé auprès de maîtres compagnons en ferronnerie d'art, il s’intéresse aux dessins réalisés dans les grottes préhistoriques. Après une longue période à utiliser de l'encre et des laques, il se met à travailler les pigments naturels en provenance de Chine, du Pakistan, d'Inde, d'Espagne et du Maroc. Ayant exposé avec Bernard Buffet et Louis Tofoli, ces derniers l'ont fortement encouragé à avancer dans sa technique de travail à mains nues, demeurant ses principaux outils.


A mains nues
Mitau, « le peintre-forgeron », peint à mains nues à la manière des premiers hommes. Il rappelle qu’il y a douze ou quatorze mille ans, dans un geste épuré qui ne pouvait provenir d’une école d’art, nos ancêtres ont su tracer les quelques traits qui suffisent pour y voir un animal bien vivant. Sa seule école, ce serait les hommes de la grotte de Lascaux. En ramassant de la terre sur le sol, ils ont inventé le fusain et le cloisonnement. Mitau utilise des matériaux de la nature pour écrire sa vie sur la toile et n’a pas trouvé mieux que ses mains, pour mélanger les couleurs, pour métamorphoser la matière. C’est un puissant travail de matière qui évoque davantage la forge que le pinceau. A travers son art, Max Mitau affiche clairement la volonté de peindre avec spontanéité. D’un trait instinctif, il nous présente une peinture contemporaine qui révèle les origines de l’art à travers le geste simple. Mitau façonne la matière, modèle sa toile, qui en devient presque une paroi de grotte. Jouant avec les matériaux, il intègre à ses compositions la toile, le papier et le bois, et parfois même le métal. Après avoir créé son support, il applique à plat les pigments naturels, multipliant les volumes et les couleurs. Tandis qu’une main saupoudre « sa cuisine » de pigments naturels, l’autre frotte pour y imprégner les couleurs, révélant de nouvelles couleurs sous l’effet du frottement. L’art de Mitau s’apparente à une expérience : il prétend à une universalité que tout un chacun peut comprendre, quelles que soient les origines culturelles, sociales, voire même l'âge de celui qui regarde.

La lumière
Dans ce dédale de matériaux, Mitau nous plonge dans un univers sombre et rugueux. L’impression d’être enfermé dans une grotte où l’on ne voit rien nous pousse à nous repérer simplement en touchant cette paroi rugueuse. Peu importe qui nous sommes, juste des individus sans repère. Egaux dans l’obscurité, et face à nous cette lueur qui surgit de l’œuvre. Elle réchauffe notre cœur de son optimisme. Petit à petit, elle devient puissante, tel un brasier incandescent. Elle parait éternelle. Le silence surplombe l’ambiance. Mitau affirme sa volonté d’éclairer les ténèbres par la lumière de la vie. Une flamme, un éclat, éclairent la simplicité d’un monde qui s’ouvre à nous telle une porte ouverte sur l’extérieur.


Vernissage 
Samedi 29 juin à 18h
Salle Espace Vézère

Exposition du 30 juin au 31 août 
Salle Espace Vézère
Place de la Libération - 19140 Uzerche 


Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook